Est-ce suffisant d’avoir une intention dans les relations spirituelles ou avons-nous aussi besoin d’actions ?

http://laitman.fr/2017/10/29/intention-et-action-2/

Question : Est-ce suffisant d’avoir une intention dans les relations spirituelles ou avons-nous aussi besoin d’actions ?

Le changement d’attitude d’un individu vis à vis de la réalité qu’il ressent détermine, s’il est un acteur utile ou un spectateur passif, voir oisif. Effectivement, le destin d’une personne est intimement lié à sa prise de conscience et à sa capacité de se rendre utile pour son environnement. Mais il ne s’agit absolument pas de commencer à faire des dons pour des œuvres caritatives ou à se mettre à porter secoure à la veuve et l’orphelin.

Le changement d’attitude s’opère au niveau supérieur, au niveau intentionnel, (ici supérieur signifie au dessus de mon intérêt ). Suis-je capable d’effectuer une action quelconque en faveur d’autrui en m’oubliant? Voici ce qu’est l’intention correcte, ou attitude correcte dans la Kabbale. Elle s’accompagne d’une multitude de paramètres à prendre en compte qui se peaufine degré après degré.

Nous pouvons alors nous poser la question, à quoi bon me sert de faire des actions extérieures si l’intention est effectivement considérée comme l’action en spiritualité ?

Les kabbalistes nous apprennent que la matérialité de mon ami est considérée comme ma spiritualité, ou encore, si ton esclave n’a pas d’oreiller donne lui le tien. Des phrases qui peuvent nous paraître bien obscures au première abord, mais qui sont compréhensibles une fois qu’une personne comprend comment fonctionne le monde qui l’entoure (ici, « comprendre » signifie atteindre et « le monde qui  l’entoure » signifie dissimulation qu’elle ressent).

Le travail d’une personne sur la correction de son désir doit s’opérer dans un premier temps au niveau de son intention, une fois qu’elle s’est assurée de s’être totalement détachée d’elle-même, selon son degré d’atteinte. Elle effectue alors l’action matérielle afin d’avoir une certaine relation avec l’autre. L’intention appartient au propre de l’homme. L’action, quant à elle, nous sert à montrer que j’aime celui pour qui je l’effectue. L’une ne peut aller sans l’autre.

Une autre question peut alors aussi se poser : si je n’ai pas d’intention correcte, à quoi peuvent me servir mes actions ?

Les actions physiques avec l’intention de vouloir opérer un changement sur mon intention nous changent, en un processus évolutif, jusqu’à devenir une seconde nature.

Dès lors, nous pouvons comprendre ce que nous avons dit plus haut : le changement d’attitude d’un individu vis à vis de la réalité qu’il ressent est déterminant. Nous pouvons même dire que rien ne change en dehors de la personne qui expérimente ce processus. Ce monde, avec toutes ses infinités de détails, devient une opportunité sans limite de s’épanouir, particulièrement dans les relations avec autrui.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *